Skip to content
blue color orange color green color

Finance du particulier

Accueil arrow SCFP PARTICULIERS arrow REALISER UN BILAN PREVOYANCE
BILAN PREVOYANCE
Index de l'article
BILAN PREVOYANCE
Page 2

Qu'est-ce que la Prévoyance ?


La prévoyance, selon la définition des assureurs concerne tout ce qui relève de la protection de la personne. En clair, il ne s'agît pas de prévoir vos dépenses au plus juste (même si cela est nécessaire pour bien gérer votre budget) ni d'assurer votre maison ou votre voiture mais bien de vous couvrir en cas de maladie, accident, invalidité ou décès.

Et pour se protéger contre ces évènements, il existe deux types de prévoyance : celle fournie par les Régimes Obligatoires et celle fournie par les assurances individuelles (ou collectives).

Les Régimes Obligatoires de Prévoyance et leurs limites

Chaque personne en activité cotise auprès d'un Régime Obligatoire de Prévoyance (R.O.). En contrepartie, ce régime versera à l'assuré des prestations qui vont pouvoir varier en fonction du R.O. et des cotisations versées. Ces prestations peuvent prendre la forme :
 - d'Indemnités Journalières en cas d'arrêt temporaire de l'activité (suite à maladie ou accident)
 - d'une rente invalidité (pour les cas les plus graves)
 - d'un capital décès
 - voire d'une rente de conjoint ou une rente d'éducation des enfants.

Les principaux R.O. sont la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse (pour les travailleurs salariés du privé), le Régime Social des Indépendants (pour les commerçants, artisans et industriels), la Mutualité Sociale Agricole (pour les exploitants agricoles) plus un certain nombre de régimes spéciaux (les régimes de la Fonction Publique, le régime des avocats, celui des médecins, ...)

Chacun de ces régime fonctionne d'une manière qui lui est propre. Ainsi :
 - Certains régimes vont verser des Indemnités Journalières et d'autres pas ;
 - Certains régimes assujetissent le montant des prestations à votre revenu (déclaré !!!) quand d'autres verseront un montant forfaitaire ;
 - Certains vous feront opter pour une classe de cotisation (c'est-à-dire un montant de prime et donc un montant de prestation), ...

Attention toutefois à ne pas faire un mélange des genres. Les R.O. ne couvrent que la population active (sauf pour les artisans qui bénéficient d'un petit capital décès). Cela signifie que la dépendance des retraités n'est jamais prise en charge. Et quand on connaît le prix d'une maison de retraite médicalisée, il vaut mieux s'y être préparé longtemps à l'avance !
Autre limite de poids, les régimes obligatoires ne couvriront jamais les frais professionnels des travailleurs non salariés. Ainsi, lorsqu'un artisan, un commerçant ou une profession libérale tombe malade, même s'il ou elle bénéficie d'indemnités journalières qui lui permettront de limiter la casse en terme de perte de revenus, ces IJ ne lui permettront quasiment jamais de faire face à ses charges professionnelles : loyer, factures, appel de cotisation URSSAF, ...

C'est pour cela qu'à chacun de nos entretiens, nous mettons en avant les faiblesses des prestations des régimes obligatoires et le danger que peut représenter une interruption d'activité, quelle que soit sa durée.